TLMFMC - Formation Médicale Continue - Développement Professionnel Continu
  • Actus Maladies,Traitements - Archives

  • Discipline :
  • Toutes spécialités
  • Auteur :
  • Pierre Colombier - Veille UnaformeC
  • Date :
  • 25/03/2018

Voir Actus de la semaine

Voir aussi

                        Actus Santé publique - Archives                        Actus Système de santé -Archives   

                        Actus Education du patient - Archives              Actus Juridique Ethique - Archives

                        Actus Gestion professionnelle - Archives         Actus Vie associative - Archives

9 - 15 Avril 2018

Vaxelis® : nouveau vaccin hexavalent désormais disponible en pharmacie : Mais pour l’instant, tout schéma vaccinal débuté avec un hexavalent doit être poursuivi avec le même hexavalent

Forfait innovation : le dépistage précoce d’une maladie pédiatrique rare bénéficiera d’un financement dérogatoire : La direction générale de l’offre de soins (DGOS) annonce que le test de dépistage précoce de la maladie de De Vivo sera pris en charge par le forfait innovation. Cette pathologie pédiatrique handicapante, qui entraine des crises d’épilepsie et des retards du développement chez les enfants atteints, est une maladie rare : elle demeure relativement méconnue du corps médical et donc sous-diagnostiquée.

L’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (ANSES) recommande à certaines populations d’éviter la consommation de compléments alimentaires contenant de la mélatoninePour lire la recommandation

Le traitement de la cataracte primaire est la plus fréquente des interventions chirurgicales. En France, le nombre de séjours hospitaliers avec traitement chirurgical de cataracte primaire (remplacement du cristallin par une lentille artificielle) s’élève à 826 000 en 2016. Le nombre de patients opérés est toutefois plus faible : 574 000, car 44 % d’entre eux ont été opérés des deux yeux la même année, au cours de deux séjours distincts.         Document de la Drees de mars 2018

Quel antihypertenseur en prévention secondaire chez les patients souffrant d’une maladie cardiaque ? Cette méta-analyse a pour but d’évaluer l’efficacité de cinq médicaments antihypertenseurs pour réduire les événements cardiaques chez les patients souffrant d’une maladie cardiaque non aiguë sans insuffisance cardiaque. Comparativement au placebo, les inhibiteurs de l'enzyme de conversion de l'angiotensine (IEC) (rapport de risque 0,85, IC à 95% 0,78-0,92), bloqueurs des récepteurs de l'angiotensine (rapport de risque 0,92, IC à 95% 0,87-0,98) et diurétiques (rapport de risque 0,70, IC 0,66- 0,90) ont significativement réduit le risque d'événements cardiovasculaires. En dehors de cela, les IEC ont significativement réduit les décès, les infarctus du myocarde mortels ou non et les accidents vasculaires cérébraux. Les inhibiteurs calciques, et les diurétiques ont réduit de façon significative les AVC.  Aucune différence significative n'a été trouvée dans les comparaisons directes entre les différentes classes. Les bétabloquants ne sont pas recommandés comme antihypertenseurs de première intention chez les malades sans insuffisance cardiaque et en dehors d’une phase aiguë d’infarctus du myocarde, l’analyse ne montre pas d’effet positif ou négatif sur les différents critères de jugement.

Pour notre pratique dans le choix d’un antihypertenseur pour nos patients souffrant d’une maladie cardiaque sans insuffisance cardiaque, en dehors de la phase aiguë d’un infarctus du myocarde, les IEC semblent avoir les meilleurs bénéfices mais nous ne disposons que des preuves indirectes de leur supériorité. Article publié le 14 mars 2018 dans « Journal of Hypertension »

Syndrome de Marfan : la HAS publie un protocole de diagnostic et de soins. Les syndromes de Marfan et apparentés sont des maladies rares (environ 12.000 patients en France), de transmission autosomique dominante et entraînant une fragilité des tissus de soutien. Ils se traduisent par une combinaison variable d’atteintes cardiovasculaires, musculosquelettiques, ophtalmologiques et pulmonaires.          Le document HAS de mars 2018

 

2 - 8 Avril 2018

Vous avez des joueuses ou des joueurs de rugby dans votre clientèle ? Qu’ils soient professionnels ou amateurs. Ceci pourrait vous intéresser. L’Observatoire Médical du Rugby, réunissant l’ensemble des acteurs du jeu et des experts médicaux de différentes spécialités, a présenté le 30 mars 45 préconisations pour la santé des joueurs et joueuses, de l’école de rugby au monde professionnel. Elles ont pour objectif d’améliorer la prévention, la prise en charge et le suivi des blessures, dont les commotions cérébrales.  Les 45 recommandations dont les recommandations médicales

Deux recommandations HAS ont été réalisées sur l'autisme. L'une concerne le trouble du spectre de l'autisme chez l'enfant, l'autre porte sur les interventions et le parcours de vie de l’adulte autiste. Autisme de l’adulte – S’adapter pour favoriser l’accès aux soins                     Autisme de l’enfant – Rester en alerte pour dépister au plus tôt

Toucher rectal et dépistage du cancer de la prostate. Cette méta-analyse a pour but d’évaluer la précision diagnostique du toucher rectal (TR) pour dépister le cancer de la prostate en soins primaires. Cette revue a inclus 7 études avec 9241 sujets. Tous les patients ont eu un TR et des biopsies. La sensibilité globale du TR fait par un médecin généraliste était de 0,51 (, la spécificité globale était de 0,59. La valeur prédictive positive était de 0,41. La valeur prédictive négative était de 0,64. L’hétérogénéité des études a été jugée très importante (différence de définitions d’un TR anormal, différence de pratiques des médecins) avec une qualité de preuve très basse. Le dépistage du cancer de la prostate reste un sujet polémique, on sait que le dépistage n’a pas d’effet sur la mortalité globale, les résultats sur la mortalité spécifique restent discutés. Les résultats de cette méta-analyse vont à l’encontre d’un TR en médecine générale pour dépister les cancers de la prostate. Ne pas faire de TR dans cette indication doit permettre d’éviter les examens inutiles, les surdiagnostics et les surtraitements.Article publié dans « Annals of Family Medicine »  March/April 2018; 16 (2)http://cochranelibrarywiley.com/doi/10.1002/14651858.CD004720.pub3/full


26 mars - 1er Avril 2018

Création d'une commission d'enquête sur l'impact sanitaire de l'alimentation industrielle : La mise en place d'une commission d'enquête sur « l'alimentation industrielle, qualités nutritionnelles, rôle dans l'émergence de pathologies chroniques, impact social et environnemental de sa provenance » vient d'être officialisée par une publication au « Journal Officiel ».

Cystite : l’apurone® et le pripram fort® ne seront plus remboursés à partir du 30 mars 2018. L'antibiotique fluméquine (Apurone®) et l'acide pipémidique trihydraté (Pipram Fort®) seront radiés du régime de remboursement dans les deux semaines suivant la publication de l'arrêté du Journal Officiel du 12 mars publié le 15 mars. Le déremboursement a pris effet le 30 mars 2018.

 

19-25 Mars  2018

124 médecins signent un manifeste contre les médecines alternatives. Ces médecins dénoncent l’utilisation du titre de médecin pour donner des soins dont les bases scientifiques sont le plus souvent plus qu’aléatoires. Aujourd'hui, la France compte plus de 300 MAC. "MAC" pour "médecines alternatives et complémentaires". Une nébuleuse de thérapies qui regroupe aussi bien l'homéopathie, l'ostéopathie et la phytothérapie que les médecines traditionnelles comme la chinoise ou l'ayurvédique, d'origine indienne, les thérapies dites "énergétiques", dont l'acupuncture et le shiatsu, ou encore celles qui s'adressent à l'esprit, telles que l'hypnose et l'EMDR.Le texte intégral du manifeste et les six demandes aux pouvoirs publics et au CNOM.Première réaction : le syndicat national des médecins homéopathes français. Communiqué du 19 mars 2018.

Dans la foulée, le conseil national de l’Ordre des médecins regrette la « forme véhémente de l’interpellation publique » et refuse de se prononcer sur la question. Il a saisi l’Académie de médecine sur le sujet et a contacté́ le Ministère des Solidarités de la Santé pour qu’il fasse de même auprès de la Haute autorité́ de santé et l’Agence nationale du médicament et des produits de santé. Il en profite pour rappeler qu’il a édité en 2015 un webzine didactique sur ce sujet.              Quelles places pour les médecines complémentaires

Dans le même élan, Service-Public (le site de l’administration française) a publié le 20 mars :  Quelles différences entre la médecine conventionnelle et les pratiques de soins non conventionnelles ?

Et peu de temps après ….    Le communiqué du Collège de la Médecine Générale (CMG).

Parution du premier bilan national de la surveillance des pollens et des moisissures dans l’air ambiant. Les allergies respiratoires touchent aujourd’hui un Français sur quatre. Les pollens et les moisissures en sont en grande partie responsables. Chaque année, des millions de Français subissent les conséquences d’une allergie aux pollens plus ou moins invalidante (rhinite, conjonctivite, asthme, etc.). Le communiqué de presse du 20 mars 2018 et huit liens.

Journal officiel du 20 mars 2018 : Perfusion à domicile. Dans le cadre de la prise en charge par l'assurance maladie de la perfusion à domicile, une perfusion s'entend comme une préparation d'une ou plusieurs molécules (si miscibles et compatibles entre elles) diluées dans un solvant et contenues dans un dispositif d'administration relié à une tubulure (poche/flacon/seringue ou diffuseur ou cassette ou accessoire de pompe) Arrêté du 14 mars 2018 portant modification des modalités de prise en charge de dispositifs médicaux de perfusion à domicile et prestations associées inscrits au titre Ier de la liste des produits et prestations prévue à l'article L. 165-1 du code de la sécurité sociale

Lutte contre la iatrogénie médicamenteuse chez les seniors : Le « Collectif Bon Usage du médicament » présente sa brochure au moment où un colloque est organisé sur ce thème. La brochure de 14 pages.

Cinq dossiers HAS. > Pertinence des soins en allergologie et immunologie.   Cinq messages pour améliorer votre pratique            > Pertinence des soins en chirurgie pédiatrique   Des messages pour améliorer votre pratique          > Mettre en œuvre la conciliation des traitements médicamenteux en établissement de santé La conciliation des traitements médicamenteux est une démarche de prévention et d’interception des erreurs médicamenteuses visant à garantir la continuité de la prise en charge médicamenteuse du patient dans son parcours de soins.      > Guide méthodologique V2014   Guide Méthodologique V2014 à destination des établissements de santé décrit les modalités de mise en œuvre de la procédure de certification V2014 publiée au JO           > Pacte, s’engager pour réduire les incidents associés aux soins. Plus de 25 % des évènements indésirables associés aux soins sont liés à un dysfonctionnement de l’équipe de soins. Lancé en 2013, le programme d'amélioration continue du travail en équipe (Pacte) donne la possibilité aux équipes de soins volontaires de s’engager collectivement pour sécuriser la prise en charge de leur patient.  Présentation, échanges et documents

Sédation profonde et continue maintenue jusqu'au décès (SPCMD). La Haute Autorité de santé (HAS) a publié le 15 mars un guide destiné aux professionnels de santé, sur la mise en œuvre d'une sédation profonde et continue maintenue jusqu'au décès (SPCMD), une pratique dont la Loi Leonetti-Claeys du 2 février 2016 a fait un droit pour les patients dans certaines conditions. Les points essentiels. Dossier HAS du 15 mars 2018   La Loi Leonetti-Claeys      GUIDE DU PARCOURS DE SOINS Comment mettre en œuvre une sédation profonde et continue maintenue jusqu’au décès ? Document HAS de février 2018         Les directives anticipées. Document professionnel de santé      Les directives anticipées. Document grand public     La personne de confiance. Document patient

Pour la première fois, l’ANSM a procédé à un recueil des ventes de boîtes d’antalgiques en France entre 2006 et 2015, puis a procédé à une analyse comparative européenne du nombre d’unités d’antalgiques vendues en 2015. Les résultats qui ont été publiés en mars 2018 dans The British Journal of Pharmacology, montrent en particulier une stabilité du nombre de doses unitaires journalières vendues toutes substances confondues, mais aussi une forte augmentation de la consommation de paracétamol (+ 53 % en 10 ans). Plus que l’augmentation du nombre de boîtes de paracétamol vendues, l’étude de l’ANSM pointe surtout une montée en puissance des fortes doses, avec un recours accru aux dosages à 1 gramme (+ 140 % en 10 ans) et un léger recul des formes 500 mg (- 20 %). Par ailleurs, les prises d’opiacés faibles (codéine et tramadol) ont nettement augmenté. Quant auxopiacés forts (palier 3), ils sont moins utilisés en France qu'ailleurs. L'augmentation importante de la prise d'oxycodone est néanmoins à surveiller. Le résumé de l’étude …  en anglais dans le texte 

 

12 - 18 Mars  2018

EXACYL® 0,5 g/5 ml I.V., solution injectable (acide tranexamique) – Mises en gardes sur le risque potentiel d’atteinte rénale aiguë en cas d’utilisation de doses supérieures à 2 g (doses totales) dans les Hémorragies du Post-Partum (HPP).         La lettre aux professionnels de santé

Lombalgies, coxarthrose, gonarthrose chroniques : pas de morphiniques ! En pratique, pour les douleurs chroniques d’intensité modérée à sévère des patients souffrant de lombalgies, d’arthrose de la hanche ou du genou un traitement par morphinique n’est pas bénéfique. Telles sont les conclusions d’un essai étasunien en soins primaires   Article publié dans « JAMA » le 6 mars 2018

5 - 11 Mars  2018

Diverticulite colique : de nouvelles règles de prise en charge. Mars 2018. À la demande du Conseil national professionnel de chirurgie viscérale et digestive, la HAS vient de publier une nouvelle recommandation de bonne pratique sur la prise en charge médicale et chirurgicale de la diverticulite colique. L’objectif : améliorer la prise en charge des patients par, entre autres, une meilleure pertinence des actes chirurgicaux, et harmoniser les pratiques professionnelles Document HAS.

Automesure de l’INR, élargissement du remboursement aux adultes : Initialement ce remboursement était uniquement pour les enfants âgés de moins de 18 ans et traités au long cours par antivitamine K. Depuis l’an passé il est remboursable chez les adultes porteurs de valve mécanique cardiaque traités par antivitamine K. Les tarifs de remboursement (prix limites de vente au public) sont fixés à 685 euros pour le kit Coaguchek Inrange° et 100 euros pour la boite de 24 bandelettes. Un seul lecteur est remboursable tous les cinq ans (période de garantie). Arrêté du 28 juillet 2017 portant inscription dispositif d'automesure de l'INR COAGUCHEK INRANGE de la société ROCHE DIAGNOSTICS au titre Ier de la liste des produits et prestations remboursables prévue à l'article L. 165-1 du code de la sécurité sociale  Vous lirez dans 2) de cet arrêté les modalités de formation (obligatoire) du patient

Contraception : un tableau comparatif des différentes méthodes. Sur le site choisirsacontraception.fr proposé par Santé publique France un tableau comparatif sur les différentes méthodes contraceptives. Le tableau qui peut être imprimé

Baclofène : une méta-analyse. Au total, le baclofène peut multiplier par 2,67 le pourcentage d’abstinents. Cette revue systématique a pour objectif d’analyser les effets du baclofène dans les troubles liés à l’alcool. Le baclofène a un effet significatif sur le pourcentage d’abstinents à la fin du traitement : groupe baclofène (n= 307) vs groupe contrôle (n=283).Il faut traiter 8 patients pour avoir un abstinent en fin de traitement (acamprosate [NNT = 11], naltrexone [NNT = 36]). Les doses utilisées allaient de 30 à 270 mg. Il faut être prudent dans l’interprétation de ce résultat, car il repose en grande partie sur deux études largement positives incluant 123 participants recevant soit un placebo soit 30 mg de baclofène. Si l’on ne prend en compte que les cas qui sont allés au terme de l’étude, le NNT est de 6 avec 111 abstinents sur 244 dans le groupe baclofène et 63 abstinents sur 220 dans le groupe placebo. En termes de sécurité, le baclofène est souvent décrit comme généralement sûr et bien toléré. Cependant, certaines études rapportent des taux d'abandon élevés dus aux effets secondaires indésirables. Les effets indésirables les plus fréquents concernent la sédation, les problèmes de sommeil et les maux de tête, qui peuvent augmenter en fonction de la consommation simultanée d'alcool. Les auteurs soulignent que la prescription hors AMM est associée à des réels problèmes, y compris un manque ou un retard dans la déclaration des effets indésirables. Cela peut entraîner une surestimation de l'innocuité et de l’opérabilité du baclofène, augmentant ainsi son utilisation chez un plus large éventail de patients parfois avec des doses élevées. Article publié dans « Addiction » le 26 février 2018.

Publicité interdite mais vente libre autorisée. Une copie à revoir. « Au-delà de la simple interdiction de publicité, les vasoconstricteurs administrés par voie orale ne devraient être délivrés impérativement que sur prescription médicale », a réagi l'Académie nationale de médecine dans un communiqué à la suite de la décision de l'ANSM en décembre 2017 d'interdire la publicité pour les décongestionnants de la sphère ORL contenant de la pseudoéphédrine et administrés par voie orale. Le communiqué de l’académie de médecine du 8 mars 2018            Rappel des communiqués de l’ANSM de 2011 et de 2017

Le médicament anti-hypertenseur Ténordate® n’est plus commercialisé à partir du 16 mars 2018 :  selon un communiqué de l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des Produits de Santé (ANSM)

26 Février - 4 Mars  2018

Rappel du bon usage de l’amoxicilline injectable pour diminuer le risque de cristalluries - Point d'information de l’ANSM du 28 février 2018 Le risque de survenue de cristalluries est connu lors d’un traitement par amoxicilline. Il est principalement rapporté avec les formes injectables, avec ou sans acide clavulanique, en curatif ou en antibioprophylaxie. Depuis 2010, le nombre de cas rapportés au réseau des Centres régionaux de pharmacovigilance (CRPV) augmente. Une enquête de pharmacovigilance a donc été réalisée pour rechercher notamment les facteurs favorisant la survenue d’une cristallurie chez un patient traité par amoxicilline sodique (injectable).

Hépatite B : Le laboratoire GSK a annoncé un retour à la normale des approvisionnements en vaccin Engerix B20 au cours des 1ères semaines de marsEn conséquence, Engerix B20 sera de nouveau disponible en pharmacie de ville, avec levée des restrictions (patients ou professionnels prioritaires, rappel prévu à 6 mois reporté). Pour Engerix B10 (indiqué jusqu5à 15 ans), le retour à la normale est annoncé pour fin mars.

Cytotec. Arrêt de commercialisation. Depuis le 1er mars 2018 le laboratoire Pfizer a arrêté la commercialisation de la spécialité pharmaceutique Cytotec® (misoprostol). Cet arrêt de commercialisation ne donne pas lieu à un rappel de lots ; la pharmacovigilance reste assurée sur les lots encore disponibles. 

Conseil d’Etat : rejet d'une requête en faveur des hautes doses de baclofène. Le Conseil d'Etat a rejeté mercredi dernier une demande d'annulation en urgence de la décision de l'Agence du médicament d'abaisser la dose maximale du baclofène dans le traitement de l'alcoolisme, puisqu'il va juger cette affaire sur le fond "dans de brefs délais".      La décision contentieuse du 28 février 2018.

Un antidépresseur ? Peut-être, mais lequel ? Au total, cette méta-analyse peut nous aider à faire un choix parmi les antidépresseurs pour un éventuel traitement médicamenteux d’un trouble dépressif de l’adulte. Les auteurs ont analysé 522 essais incluant 116477 adultes avec un premier trouble dépressif caractérisé et 21 antidépresseurs prescrits initialement.  Tous les médicaments sont plus efficaces statistiquement que le placebo. Pour la tolérance, seules l’agomelatine et la fluoxetine) étaient associées à moins d’abandons que le placebo. La clomipramine était la moins bien tolérée. Quand on compare un à un les antidépresseurs, agomelatine, amitriptyline, escitalopram, mirtazapine, paroxetine, venlafaxine, et la vortioxetine sont les plus efficaces alors que  fluoxetine,  fluvoxamine, reboxetine, et trazodone sont les moins efficaces. Agomelatine, citalopram, escitalopram,  fluoxetine, sertraline, et vortioxetine avaient la meilleure tolérance alors qu’ amitriptyline, clomipramine, duloxetine,  fluvoxamine, reboxetine, trazodone, et venlafaxine étaient les moins bien tolérés.  Le niveau de preuve a été noté modéré à très faible. Au total, cette méta-analyse peut nous aider à faire un choix parmi les antidépresseurs pour un éventuel traitement médicamenteux d’un trouble dépressif de l’adulte. Article publié le 21 février dans « The Lancet »

 

19 - 25 Février  2018

Risques ischémiques et hémorragiques comparables quelles que soient les gammes de stents coronaires, selon l’ANSM et la HAS : Ces études réalisées à partir des données de santé de 72 000 patients, les résultats de l’étude montrent que les risques ischémiques et hémorragiques ne diffèrent pas entre les gammes de stents, y compris chez les patients à risque hémorragique et/ou thrombotique élevé. Pour en savoir plus.

Autisme de l’adulte : tout mettre en œuvre pour l’autonomie, l’inclusion sociale et la qualité de vie Aujourd’hui, l’offre d’accompagnement des adultes autistes est moins développée et structurée que pour l’enfantDocument HAS de février 2018.

Autisme de l’enfant : accélérer les étapes jusqu’au diagnostic, agir sans attendre :  Pour répondre à cette urgence, la HAS recommande aujourd’hui de mobiliser toutes les personnes en contact avec l’enfant pour repérer les signaux d’alerte, de s’appuyer sur le médecin traitant pour proposer au plus vite de premières actions et sur les équipes spécialisées pour confirmer le diagnostic et initier un projet d’interventions personnalisé. Le communiqué de presse de la HAS de février 2018.

Réviser les ordonnances à rallonge chez les seniors pour limiter les risques. Résultats d’une étude menée pendant trois mois sur près de 155.000 personnes dites « polymédiquées » âgées de 65 ans et plus, via 2.600 officines de ville. L’Assurance maladie estime qu’ils occasionnent 130.000 hospitalisations et 7.500 décès par an chez des personnes de 65 ans et plus (données citées dans le Rapport Charges et produits pour l'année 2018 de l’Assurance maladie). Si la polymédication chez les seniors est souvent nécessaire, le risque médicamenteux n’est pas une fatalité et peut être contrôlé.       Les résultats de l’étude. Communiqué de presse de septembre 2017.                Quelques idées sur la déprescription. Centre Val de Loire. Canada.   Guide de pratique clinique Canadien. Déprescrire les inhibiteurs de la pompe à protons

Fragilité des personnes âgées et consommation de médicaments : polymédication et prescriptions inappropriées. L’originalité de cette étude consiste à aborder la relation entre l’usage de médicaments et la fragilité en tenant compte à la fois de la quantité de médicaments prescrits et de la qualité de la prescription chez les personnes âgées de 65 ans et plus. L’étude a été réalisée à partir des données de l’Enquête santé et protection sociale de l’Irdes en 2012, appariée aux données de remboursement de soins de l’Assurance maladie qui permettent d’identifier la consommation de médicaments.               L’étude de l’Institut de recherche et documentation en économie de la santé. Irdes. Février 2018

Chirurgie de l’obésité : 20 fois plus d’interventions depuis 1997. La chirurgie bariatrique, destinée à traiter chirurgicalement les grands obèses, s’est développée de manière très rapide en France depuis plus de vingt ans. Le nombre d’interventions a été multiplié par plus de 20, passant de 2 800 en 1997 à 59 300 en 2016. Le taux d’hospitalisation a, lui, progressé de 0,5 à 8,9 séjours pour 10 000 personnes Le document de la Drees de févier 2018. Six pages.

 

12 - 18 Février 2018

Le PRAC (Comité d'évaluation des risques de pharmacovigilance) recommande de nouvelles mesures pour éviter l'exposition au valproate pendant la grossesseLe communiqué du 9 février 2018. Traduction en français possible en haut à droite de la page

Esmya (ulipristal) : suspension des initiations de traitement et suivi de la fonction hépatique chez les patientes en cours de traitement. Esmya (ulipristal) fait l’objet d’une réévaluation en raison de signalements européens d’atteintes hépatiques graves chez des patientes. Dans la continuité des mesures prises en France en janvier 2018, le comité de pharmacovigilance européen (PRAC) vient de recommander de ne pas initier de nouveaux traitements par Esmya et de ne pas débuter de nouveaux cycles de traitement (3 mois) chez des patientes précédemment traitées. Il recommande également d’effectuer un bilan hépatique au moins une fois par mois pour les patientes en cours de traitement. En cas de transaminases supérieures à deux fois la normale, le médecin doit arrêter le traitement et suivre de manière rapprochée la patiente. Le bilan doit alors être renouvelé 2 à 4 semaines après l’arrêt du traitement.      Le communiqué de l’ANSM du 9 février 2018

Vaccination contre le rotavirus : le bénéfice reste bien supérieur au risque.En France, la vaccination contre les gastro-entérites à rotavirus (GERV) est associée à un bénéfice-risque favorable avec 214 hospitalisations pour GERV prévenues pour chaque hospitalisation pour invagination intestinale. Selon cette étude Inserm de la balance bénéfice-risque des deux vaccins RotaTeq ® et Rotarix ®, une couverture vaccinale de 92% des enfants cibles préviendrait 13,7 décès pour GERV, et induirait 0,05 décès par invagination intestinale.    L’article de l’INSERM …. En anglais.

Seuls 3 autotests sur 13 validés par l'Académie de pharmacie. Sur les 13 autotests analysés, l’Académie de pharmacie en recommande trois : contre le VIH, contre les infections urinaires, et dans la recherche d'anticorps antitétaniques. Dans le cas du VIH, "le conseil du pharmacien est très important puisque cet autotest ne peut être utilisé que trois mois au moins après un rapport à risque, et le résultat doit être confirmé par un autre test" Les autotests déconseillés le sont parce qu'ils manquent d'intérêt ou de fiabilité. Ainsi celui de la maladie de Lyme comporte-t-il un "risque majeur...d'interprétation inadéquate", avec trop de "faux positifs" et de "faux négatifs". Également déconseillés : les autotests sur les allergies, trop simplistes pour qu'on leur fasse confiance. La mesure des immunoglobulines E (IgE) "ne présente pas d'intérêt médical avéré dans le cadre d'un dépistage d'une allergie", d'après l'Académie. Sont aussi déconseillés l'autotest pour l'infection à Helicobacter pylori (une bactérie de l'estomac), pour le cancer de la prostate (par l'antigène PSA), et pour le cancer colorectal.               Le rapport de l’académie de pharmacie       Autotests-Trod - rôle du pharmacien d’officine  Recommandations pour le bon usage des autotests vendus en pharmacie - Point d'information


Depuis le 1er janvier 2018, 11 vaccinations sont obligatoires et conditionnent l’entrée en collectivité pour les enfants nés à partir du 1er janvier 2018. Il s’agit des vaccinations contre la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite (antérieurement obligatoires), la coqueluche, les infections invasives à Haemophilus influenzae de type b, l’hépatite B, les infections à pneumocoque, les infections invasives à méningocoque de sérogroupe C, la rougeole, les oreillons et la rubéole (tous antérieurement recommandés).      Le communiqué de presse du 9 février 2018   Le dossier du ministère (72 pages, vaccin par vaccin).            Pour imprimer le calendrier 2018. Une page à glisser dans les carnets de santé

 

5 - 11 Février 2018

Baclofène : l'interdiction de prescrire à haute dose contestée devant le Conseil d'Etat : S'estimant "en danger immédiat de rechute", une patiente a saisi la plus haute juridiction administrative de France pour obtenir l'annulation de l'abaissement par l'ANSM de la dose maximale de baclofène à 80 mg par jour.

Allopurinol et cotrimoxazole sont les deux principaux agents responsables de réactions cutanées graves en France : En France, près d’un quart des 602 évènements indésirables cutanés graves liés aux médicaments recensés seraient évitables selon cette étude nationale française, conduite entre 2003 et 2016. Des indications inappropriées étaient à l’origine de 65,8% de ces cas et incriminaient le plus souvent les prescriptions d’allopurinol et de cotrimoxazole.

Burnout – Repérage et prise en charge. Documents HAS de mai 2017. 

  • Scoop.it