TLMFMC - Formation Médicale Continue - Développement Professionnel Continu
  • Actus Système de Santé - Archives

  • Discipline :
  • Toutes spécialités
  • Auteur :
  • Pierre Colombier - Veille UnaformeC
  • Date :
  • 25/03/2018

Voir Actus de la semaine

Voir aussi

             Actus Maladies, Traitements - Archives              Actus Santé publique - Archives

             Actus Education du patient - Archives               Actus Juridique Ethique - Archives      

             Actus Gestion professionnelle - Archives          Actus Vie associative - Archives

26 Novembre - 2 décembre 2018

L’Organisation mondiale des collèges nationaux, académies et associations académiques des généralistes et des médecins de famille (World Organization of National Colleges, Academies and Academic Associations of General Practitioners/Family Physicians, WONCA) a appelé à placer les médecins de famille au centre de la prestation des soins aux personnes plus âgées.  Déclaration sur les soins aux personnes âgées, lancée en Corée en novembre 2018

Le dossier médical personnel (DMP) le communiqué du Collège de Médecine Générale (CMG)

À l’occasion de la Journée internationale des droits de l’enfantAgnès Buzyn a annoncé au quotidien La Croix vouloir mettre en place une prise en charge à 100 % des frais de santé pour les 340 000 enfants et adolescents confiés aux services sociaux. 

19-25 Novembre 2018

Agnès BUZYN, ministre des Solidarités et de la Santé, a donné ce 19 novembre le coup d’envoi du déploiement de la stratégie « Ma Santé 2022 » devant les représentants des patients et près de 120 professionnels de santé et organisations concernées. Cette assemblée se réunira 2 fois par an pour suivre le déploiement de la transformation d’ensemble annoncée par le Président de la République dans son discours du 18 septembre. Parmi les mesures prioritaires de ce plan figurent celles qui encouragent de nouvelles synergies entre les professionnels de ville, du médico-social et de l’hôpital, des outils numériques performants au service de tous, un modèle de financement complètement repensé et des formations aux professions de santé prenant mieux en compte les impératifs de coopération entre les professionnels et ceux de la qualité des soins. Parallèlement s’engagent les travaux de préparation de la loi prévue pour le premier semestre 2019. Le communiqué de presse du 19 novembre 2018. Les 10 chantiers retenus et les sujets retenus comme prioritaires

Droit de prescription du médecin coordonnateur en Ehpad : les rapports de l’IGAS se suivent et disent la même chose. En lisant le rapport de l’IGAS Evaluation de l’application de la loi du 2 février 2016 sur la fin de vie1, de juin 2018, des directeurs d’EHPAD et des médecins coordonnateurs auront le sentiment de déjà̀-vu puisque plusieurs recommandations figurent déjà̀ dans deux autres rapports de l’IGAS, notamment sur l’élargissement du droit de prescription du médecin coordonnateur. En effet, comme d’autres inspecteurs généraux de l’IGAS avant eux, les auteurs de ce dernier rapport font les mêmes constats et les mêmes recommandations. Si vous voulez lire la totalité du rapport de 2018. 115 pages.  Pour vous aider à ne pas tout lire ( !), ciblez la recommandation  29, page 85. Et les articles 453, 454 et 455 (pages 84 à 87)  Vous pouvez aussi lire le rapport de l’IGAS de 2017. Avec les deux recommandations 4 et 12 de la mission  (page 59).   

Le parlement a voté la semaine dernière une augmentation de 53 millions d'euros du budget de l'AME, qui passera en 2019 à 943 millions d'euros.

La Caisse nationale d'Assurance maladie a annoncé avoir signé, lundi 12 novembre, un protocole d'accord avec six fédérations nationales de taxis pour réguler les dépenses de transport sanitaires jusqu'en 2023.

12 - 18 Novembre 2018

Etablissement Recevant du Public (ERP) catégorie 5. Pour les établissements sans hébergements accueillant moins de 100 personnes à la fois, ce qui est le cas des cabinets médicaux, un timide effort de simplification a été fait cet été par l’arrêté : Arrêté du 23 juillet 2018 modifiant l'arrêté du 15 décembre 2014 fixant les modèles des formulaires des demandes d'autorisation et d'approbation prévues aux articles L. 111-7-5, L. 111-8 et L. 122-1 du code de la construction et de l'habitation. Malgré cette simplification le dossier comporte encore 16 pages à fournir en quatre exemplaires plus ... les annexes. Pour télécharger le dossier : Cerfa 1579701 : dossier simplifié de demande de mise aux normes accessibilité

Le nombre de places en hospitalisation à temps partiel continue de progresser en France. Premiers résultats de la statistique annuelle des établissements de santé (SAE) 2017. En 2017, le paysage hospitalier français se compose de 1 363 hôpitaux publics, 680 établissements privés à but non lucratif et 1 001 cliniques privées. Pour chacune de ces catégories d’établissement, le nombre de sites géographiques dénombrés continue de diminuer. Ces 3 044 établissements de santé offrent des capacités d’accueil en hospitalisation complète (400 000 lits) ou à temps partiel (75 000 places). Le document de la DREES d’octobre 2018

Conférence de presse - Dossier médical partagé. C’est (re)parti !  Le Dossier Médical Partagé a été longtemps attendu, maintes fois annoncé, maintes fois repoussé. Il doit devenir demain une évidence pour tous les Français, comme l’est devenue la carte Vitale….. Le discours d’Agnès Buzyn

 

29 Octobre - 4 Novembre 2018

Journal officiel du 27 octobre 2018 : Cahier des charges des expérimentations relatives à la prise en charge par télésurveillance des patients porteurs de prothèses cardiaques implantables. Patients concernés = page 9. Patients non éligibles = page 10. Arrêté du 11 octobre 2018 portant cahiers des charges des expérimentations relatives à la prise en charge par télésurveillance mises en œuvre sur le fondement de l’article 54 de la loi no 2017-1836 de financement de la sécurité sociale pour 2018.

Les remboursements de soins du régime général à fin septembre en hausse de 2,3%. Les dépenses de soins de ville ont augmenté de 3,1% sur les neuf premiers mois de l’année et de 3,2% sur les douze derniers mois. Au cours des neuf premiers mois, le remboursement des médicaments délivrés en ville progresse de 3,2% (2,8% sur douze mois). au cours des neuf premiers mois, les remboursements des soins de généralistes ont augmenté de 4,3%, ceux de soins spécialisés augmentent de 4,0% et ceux de soins dentaires progressent de 0,4%. Sur les 12 derniers mois, ces évolutions sont respectivement de 5,1% (soins de généralistes), 4,3% (soins de spécialistes) et 1,3% (soins dentaires).

Le nombre de places en hospitalisation à temps partiel continue de progresser en France. Premiers résultats de la statistique annuelle des établissements de santé (SAE) 2017. En 2017, le paysage hospitalier français se compose de 1 363 hôpitaux publics, 680 établissements privés à but non lucratif et 1 001 cliniques privées. Pour chacune de ces catégories d’établissement, le nombre de sites géographiques dénombrés continue de diminuer. Ces 3 044 établissements de santé offrent des capacités d’accueil en hospitalisation complète (400 000 lits) ou à temps partiel (75 000 places) Le document de la DREES d’octobre 2018

La moitié des rendez-vous sont obtenus en 2 jours chez le généraliste, en 52 jours chez l’ophtalmologiste. Un rendez-vous sur deux avec un médecin généraliste est obtenu en moins de deux jours, selon l’enquête sur les délais d’attente en matière d’accès aux soins réalisée par la DREES, auprès de 40 000 personnes. Pour certaines spécialités médicales, ces délais d’attente sont de plus de deux mois. C’est en ophtalmologie, dermatologie, cardiologie, gynécologie et rhumatologie qu’ils sont les plus importants. L’étude de la DREES d’octobre 2018

PLFSS 2019. Amendement adopté en commission  : article 42  Le présent amendement vise à préciser le périmètre de la réévaluation de l’homéopathie qui sera opérée par la commission de la transparence de la Haute Autorité de santé. En effet, si les médicaments disposant d’une autorisation de mise sur le marché ne sont pas inclus dans leur champ, il convient en revanche de s’assurer que les médicaments homéopathiques qui devraient relever d’une procédure particulière – dite d’enregistrement – mais qui ne détiennent pas encore cet enregistrement, sont bien dans le champ de la mesure. Certains médicaments homéopathiques, autorisés avant 1994, sont en effet aujourd’hui dans un régime dérogatoire et transitoire. L’objectif est de permettre la réévaluation de tous les médicaments homéopathiques actuellement pris en charge en dehors des procédures de droit commun.

PLFSS 2019 : Amendement adopté en commission : article 42. Ainsi l’article prévoit d’étendre le dispositif des autorisations temporaires d’utilisation aux extensions d’indications thérapeutiques de certains médicamentsavant même leur autorisation de mise sur le marché dans cette indication (alors qu’il était jusqu’à présent réservé aux premières indications du médicament). L’article prévoit également que les ministres puissent autoriser l’accès précoce d’un produit qui n’aurait pas reçu une autorisation temporaire d’utilisation avant l’octroi de son autorisation de mise sur le marché, mais qui remplirait néanmoins toutes les conditions pour un accès précoce (produit de santé indiqué dans une maladie grave ou rare, sans alternative thérapeutique, et dont l’efficacité et la sécurité d’emploi sont démontrées). Cet article étend et assouplit encore le régime des ATU.

PLFSS 2019 : Amendement adopté en commission : article 42 L’amendement précise également que pour être éligibles au financement par l’Assurance maladie de ces assistants, les médecins devront être en cabinet de groupe, être inscrits dans un exercice coordonné. L’amendement prévoit aussi, dans les mêmes délais, la négociation d’un accord conventionnel interprofessionnel afin d’accélérer le déploiement des CPTS dans les territoires. L'objectif est d'atteindre le millier de communautés constituées sur le territoire d'ici à 2022. Afin que CPTS et assistants médicaux soient mis en place le plus rapidement possible, le délai de six mois traditionnel entre la signature d’un accord conventionnel et l’entrée en vigueur, est également suspendu. Pour en savoir plus sur les amendements : Fiche de synthèse de l’Assemblée nationale  n°37 : L’exercice du droit d’amendement

22-28 Octobre 2018

Améliorer la coordination des soins dans le domaine de la santé mentale. Dossier HAS mis en ligne le 9 octobre 2018. Dans la prise en charge des patients souffrant de troubles mentaux, la coordination entre les médecins généralistes et les autres acteurs de soins (psychiatres, psychologues, infirmiers, etc.) est insuffisamment développée. Pour promouvoir une évolution des pratiques, la HAS publie un guide proposant différents outils ; les professionnels peuvent les mobiliser isolément ou combiner les uns avec les autres en fonction de leurs besoins, de leurs contraintes et du niveau de développement de la coordination sur leur territoire d’exercice. Communiqué de presse de la HAS du 9 octobre 2018 : Améliorer la coordination des soins dans le domaine de la santé mentale      Coordination entre le médecin généraliste et les différents acteurs de soins dans la prise en charge des patients adultes souffrant de troubles mentaux – états des lieux, repères et outils pour une amélioration

Chirurgie du cancer : le Gouvernement veut sanctionner les établissements qui n'exercent pas assez : Un amendement au projet de budget de la sécurité sociale 2019 imposerait aux établissements réalisant des chirurgies du cancer sans agrément, du fait d'un nombre d'interventions en dessous du seuil minimum requis, de rembourser les actes effectués.

La nouvelle appli Ameli Mémo est disponible : Arrêts de travail, mode de transport, dispositifs médicaux, antibiothérapie : les mémos d’aide à la prescription produits par l’Assurance Maladie sur ces thèmes sont désormais à portée de smartphone, grâce à l’appli Ameli Mémo. Elle propose également une aide à la cotation des actes médicaux. Dans un premier temps, cette fonctionnalité ne s’adresse qu’aux médecins généralistes de secteur 1.

Cystite, conjonctivite, eczéma. Bientôt du ressort des pharmaciens. Un amendement au budget de la Sécurité sociale pour 2019 adopté jeudi en commission des Affaires sociales autorise une expérimentation pour trois ans dans deux régions. Après la vaccination contre la grippe et le bilan de médication des personnes âgées, une nouvelle compétence pourrait être confiée aux pharmaciensUn amendement au projet de loi de financement de la Sécurité sociale pour 2019, déposé par la députée LREM Delphine Bagarry, médecin urgentiste de profession, autorise les pharmaciens d'officine à dispenser "certains médicaments à prescription médicale obligatoire dans le cadre d’un protocole médical et de coopération conclu avec le médecin traitant et les communautés de santé des structures d’exercice coordonnées". La liste des médicaments serait définie par arrêté. Il s'agirait dans un premier temps d'une expérimentation, menée pour trois ans dans deux régions.

Patients experts. De quoi parle-t-on ?  Les «patients experts» sont formés dans le monde associatif. Plus de 42.000 structures gravitent dans le domaine de la santé. Parmi elles, près de 500 associations de patients sont agréées par le ministère de la Santé. A Paris XIII un patient expert (au sein de la vingtaine de patients formés) intervient auprès des internes de médecine générale au cours de leurs trois dernières années de formation. Proposée par l'«Université des patients», et abritée par l'université Pierre-et-Marie Curie, une formation est ouverte aux patients et aux professionnels. Mais les patients experts n'ont toujours pas de statut. Les objectifs d’enseignement des patients experts (comme à Paris, Grenoble et Marseille) : > se réorienter/réinsérer professionnellement après une période dédiée à la maladie qui les avait écartées du monde professionnel et social > étudier, apprendre, se former, se spécialiser dans le domaine de l’éducation thérapeutique > valider leurs compétences acquises tout au long de l’expérience vécue de la maladie chronique et de ses soins > apprendre à transformer l’expérience vécue en enseignements pour autrui > participer à la production de connaissances et à la construction de l’expertise collective en santé > créer un groupe de Patients-Experts désirant enseigner, faire de la recherche          La présentation par la HAS en 2016

15-21 Octobre 2018

Pénuries de médicaments et de vaccins : les 30 propositions de la mission sénatoriale. Le mardi 2 octobre 2018, Jean-Pierre DECOOL, rapporteur, a rendu publiques les conclusions du rapport. ‘’C’est une explosion des ruptures de stock et des situations à risque depuis 2008’’. Le nombre des signalements enregistrés par l'ANSM a très fortement et rapidement augmenté depuis 2013, avec une accentuation supplémentaire inquiétante en 2017 (530 médicaments en rupture de stock), constatent tout d'abord les auteurs. Que propose la mission sénatoriale ? > Huit propositions pour recréer les conditions d'une production pharmaceutique de proximité > Cinq propositions pour mieux prendre en compte les impératifs d'approvisionnement dans les conditions encadrant la commercialisation des médicaments > Six mesures pour "restaurer la confiance entre les acteurs de la chaîne de distribution" > Cinq propositions pour "mettre en place des mesures d'urgence coordonnées pour la gestion de tensions d'approvisionnement" > Six propositions pour "renforcer la coordination nationale et européenne dans la prévention et la gestion" des difficultés d'approvisionnement   La synthèse du rapport en quatre pages             Le rapport d’information et ses 297 pages. Le détail des propositions se trouve de la page 9 à la page 13.

Au moment où le financement de la santé paraît basculer d’un système de charges sociales à un système où l’impôt devient majoritaire. Quelles sont les principales différences entre ces deux systèmes ? Ces 2 modes de financements sont présentés par les économistes comme un éloignement du  modèle assurantiel ‘’Bismarckien’’ pour se rapprocher du modèle assistanciel à l’anglaise dit ‘’ Beveridgien’’. Quelles sont les principales caractéristiques de chacun de ces deux systèmes. Otto von Bismarck ou William Beveridge ?

Relations entre libéraux et administrations : l'IGAS plaide pour la simplification des rapports entre les médecins et les administrations. L’ IGAS a été chargée de proposer de nouvelles mesures de simplification de l’exercice des professionnels de santé de ville dans leurs relations avec les administrations.  Après avoir rencontré les professionnels de santé exerçant en cabinet ou en maison de santé pluri professionnelles, observé des expériences locales innovantes et analysé certaines pratiques à l’étranger, la mission a constaté la perception par les professionnels de santé d’une complexité croissante des exigences administratives pour différents aspects de leur pratique professionnelle (installation, paiement des actes, coordination des soins, contrôles…). Les professionnels, cependant, apportent eux-mêmes des réponses (mutualisation, regroupements…). La simplification passe aussi par un ensemble d’évolutions touchant à l’organisation des structures de soins, à la dématérialisation des procédures, au partage des informations, en s’appuyant sur les nouveaux outils numériques et sur une évolution des cultures.            Pour lire le rapport et la synthèse aux pages 3, 4,5 et 6 et ses 32 propositions

8-14 Octobre 2018

Où vont-ils trouver les 3,8 milliards d’euros d’économies, prévus dans le PLFSS 2019, prévus dans le PLFSS 2019 ? Le rapport* économique social et financier sur le site du ministère du Budget qui précise la répartition des 3,8 milliards d'euros d'économies que devront réaliser l'ensemble des acteurs de santé (industriels, établissements, praticiens...) pour tenir l'ONDAM en 2019 (fixé à +2,5 %).  Les mesures d’économies prévues en 2019 sur le champ de l’Ondam s’élèvent donc à 3,8 Md€ et se décomposent en cinq axes prévus dans le cadre du plan Ondam 2018-2022 d’appui à la transformation du système de santé, qui met l’accent sur des actions de pertinence engagées de manière pluriannuelle.

Journal officiel du 5 octobre 2018 : Enseignement de la chiropraxie.    Décision n° 2018-94-002 du 2 octobre 2018 portant agrément de l'Association pour la formation et l'enseignement en France de la chiropraxie (AFEFC) pour dispenser une formation en chiropraxie

Santé, perte d’autonomie : les impacts du vieillissement de la population. La Mutualité Française consacre la 2e édition de son Observatoire au sujet des impacts financiers du vieillissement de la population. Place de la Santé – L’Observatoire 2018 comporte une 1re partie, « Des réalités », avec des données inédites sur le sujet, et une 2de partie, « Des perceptions », avec les résultats de deux enquêtes quantitative et qualitative menées par Harris Interactive, relatives en particulier aux aidants informels. Les restes à charge, après remboursement de l’assurance maladie, sont élevés pour les personnes hospitalisées ou en ALD (population parmi laquelle les personnes âgées sont surreprésentées) : 3,3 millions de personnes (soit 5% de la population) ont aujourd’hui un reste à charge après remboursement de l’assurance maladie supérieur à un mois de revenu moyen disponible (1.700 euros). Pour ces personnes, le reste à charge moyen, avant remboursement par les complémentaires santé, atteint 2.900 euros, un niveau 6 fois plus élevé que celui de l’ensemble de la population.        Le communiqué du 1er octobre 2018 de la Mutualité Française

Grand âge et autonomie : ouverture de la concertation nationale. Pour transformer en profondeur la reconnaissance et la prise en charge du risque des personne en perte d’autonomie, le ministère des solidarités et de la Santé lance une grande concertation nationale. Une concertation en neuf objectifs. Le dossier de presse

1-7 Octobre 2018

Journal officiel du 26 septembre 2018 : grippe, vaccin et infirmières. Le décret permet aux infirmiers de vacciner contre la grippe saisonnière les personnes n'ayant encore jamais été vaccinées contre cette maladie. Et les deux arrêtés précisent les modifications. Décret n° 2018-805 du 25 septembre 2018 relatif aux conditions de réalisation de la vaccination antigrippale par un infirmier ou une infirmière               Arrêté du 25 septembre 2018 modifiant l'arrêté du 14 novembre 2017 fixant la liste des personnes pouvant bénéficier de l'injection du vaccin antigrippal saisonnier pratiquée par un infirmier ou une infirmière     Arrêté du 25 septembre 2018 modifiant l'arrêté du 10 mai 2017 pris en application de l'article 66 de la loi n° 2016-1827 du 23 décembre 2016 de financement de la sécurité sociale pour 2017

Urgences : et si ‘’c’était pas si pire que ça’’ ? Depuis des décennies, les services d’urgences français sont soumis à une tension croissante et considérable. Outre la prise en charge médicale, la gestion du flux des patients est aujourd’hui un enjeu de taille : c’est pourquoi le centre d’investigation clinique-innovation technologique de l’Inserm à Lille a récemment développé Optimum, un logiciel de priorisation des patients qui pourrait faciliter le travail des soignants. Enquête nationale sur les structures des urgences hospitalières, juin 2013             Optimum, un remède pour les urgences ? Document du 19 septembre 2018

PLFSS 2019 présenté le 25 septembre 2018. Selon le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) présenté ce mardi, le solde du régime général et du fonds de solidarité vieillesse (qui prend en charge le minimum vieillesse) sera bénéficiaire de 700 millions d'euros en 2019. Le PLFSS 2019 en quatre parties et 44 pages

24-30 Septembre 2018

Ma santé 2022" : les 10 mesures phare de la stratégie de transformation du système de santé. La stratégie, annoncée ce mardi 18 septembre par le président de la République, propose une transformation en profondeur du système de santé autour de 3 engagements prioritaires : > Placer le patient au cœur du système et faire de la qualité de sa prise en charge la boussole de la réforme > Organiser l’articulation entre médecine de ville, médico-social et hôpital pour mieux répondre aux besoins de soins en proximité  > Repenser les métiers et la formation des professionnels de santé        Les 10 mesures phare de la stratégie de transformation du système de santé

En 2017, la consommation de soins et de biens médicaux (CSBM) a atteint 2977 euros par habitant, soit un total 199,3 milliards d’euros (8,7 % du PIB). Selon l'étude de la DREES (service statistiques du ministère), rendue publique ce lundi, le rythme de cette croissance s'infléchit nettement (+1,3 %) après une consommation plus dynamique en 2016 (2 %). La consommation de soins de médecins généralistes en ville progresse de 1,4 % contre 1,2 % en 2016 (8,9 milliards d’euros).  La Consommation de soins et de biens médicaux (CSBM), qui rassemble les dépenses de soins à l'hôpital, en ville, pour les médicaments et autres prescriptions (transports, optique...), s'est en effet élevée à 199,3 milliards d'euros en 2017

Les IPA démarrent leur formation : les formations des infirmières en pratique avancée (IPA) ont débuté début septembre dans les Universités d'Aix-Marseille et de Besançon. D'autres cursus vont voir le jour au mois d'octobre après un nouvel examen par le Conseil national de l'enseignement supérieur et de la recherche (CNESER). Ainsi, les universités de Rennes, Paris, Nantes, Bordeaux ou encore Nancy devraient elles aussi proposer des formations menant au diplôme d'état (DE) de niveau master. Au total, 11 formations d'IPA seront disponibles pour cette année scolaire.

Historique des conventions médicales. Synthèse documentaire. Septembre 2018. Centre de documentation de l’Irdes. L'histoire des conventions médicales est avant tout celle des tarifs des actes médicaux depuis cinquante ans. Fruits d'une négociation entre l'assurance maladie et les syndicats représentatifs des médecins, ces tarifs conventionnels supposent des engagements réciproques susceptibles de concilier exercice libéral de la médecine et assurance maladie obligatoire. La première convention nationale de 1971 est ainsi née d'un accord où les médecins se voyaient confier une mission de service public dans la délivrance des soins ambulatoires tandis que l'assurance maladie y trouvait une forme de garantie d'égal accès aux soins pour les assurés. 45 ans d’histoire en 41 pages. Mais que de séances nocturnes !

HAS le 15 septembre :  Prise en charge de la téléconsultation : accompagner les professionnels dans leur pratique. Le remboursement de la téléexpertise devrait suivre à partir de février 2019 pour une certaine catégorie de patients avant d’être élargie en 2020. Saisie par la ministre de la Santé et des Solidarités dans le cadre de ce déploiement, la HAS a publié en avril une fiche mémo sur la « Qualité et la sécurité des actes de téléconsultation et de téléexpertise ». Un guide de recommandations sur le bon usage et la qualité de ces pratiques est annoncé d’ici fin 2018. En attendant ce guide, présentation en une page.

Les nouvelles modalités de demandes des ATU nominatives sont entrées en application le 17 septembre 2018 : Les ATUn sont délivrées par l’ANSM, pour des patients ne pouvant pas être inclus dans un essai clinique, pour des médicaments ne disposant pas d’une autorisation de mise sur le marché, mais dont on peut présumer qu’ils apportent un bénéfice clinique. Le communique de l’ANSM

17-23 Septembre 2018

Présentation de la réforme des systèmes de santé. Cette réforme a été préparée en amont par plusieurs groupes de travail, concentrés sur cinq chantiers: la qualité et la pertinence des soins, le financement des hôpitaux, la formation et la qualité de vie au travail des professionnels de santé, le virage numérique, l'organisation territoriale des soins.

Etat des lieux des dépenses de l’assurance maladie. Le nombre de personnes qui ont bénéficié d’au moins un remboursement de soins s’élève à 57,5 millions en 2016 contre 55,9 millions en 2012. En 2016, tous régimes confondus, les dépenses de remboursement ont atteint 161,8 milliards d’euros, dont 67,7 milliards d’euros pour les soins de ville, 72,7 milliards pour l’hôpital et 21,4 milliards pour les prestations en espèces. Le régime général assure une grande partie des remboursements avec 136,6 milliards d’euros, en augmentation de 13,7 milliards sur quatre ans. Au sein du régime général, les principaux postes de dépenses sont : les hospitalisations ponctuelles (31,1 milliards) ; la prise en charge des maladies cardioneurovasculaires, diabète et traitement du risque vasculaire (25,1 milliards) les maladies psychiatriques et la prise en charge par psychotropes (19,8 milliards) ; la prise en charge des cancers (14,7 milliards). Source : Le 13e rapport annuel de l’assurance maladie, consacré à l’évolution des charges et produits du système de santé pour 2019, est paru le 6 juillet 2018. Pour en savoir beaucoup plus, trois documents de septembre 2018 de la Drees : Le vieillissement de la population entraîne une hausse des dépenses de santé liées aux affections de longue durée           Les dépenses de santé en 2017 - Résultats des comptes de la santé - Édition 2018. Par profession médicale et par soins médicaux.  Les dépenses de santé enregistrent une faible croissance en 2017

10-16 Septembre 2018

Présentation de la réforme des systèmes de santé. Cette réforme a été préparée en amont par plusieurs groupes de travail, concentrés sur cinq chantiers: la qualité et la pertinence des soins, le financement des hôpitaux, la formation et la qualité de vie au travail des professionnels de santé, le virage numérique, l'organisation territoriale des soins.

Etat des lieux des dépenses de l’assurance maladie. Le nombre de personnes qui ont bénéficié d’au moins un remboursement de soins s’élève à 57,5 millions en 2016 contre 55,9 millions en 2012. En 2016, tous régimes confondus, les dépenses de remboursement ont atteint 161,8 milliards d’euros, dont 67,7 milliards d’euros pour les soins de ville, 72,7 milliards pour l’hôpital et 21,4 milliards pour les prestations en espèces. Le régime général assure une grande partie des remboursements avec 136,6 milliards d’euros, en augmentation de 13,7 milliards sur quatre ans. Au sein du régime général, les principaux postes de dépenses sont : les hospitalisations ponctuelles (31,1 milliards) ; la prise en charge des maladies cardioneurovasculaires, diabète et traitement du risque vasculaire (25,1 milliards) les maladies psychiatriques et la prise en charge par psychotropes (19,8 milliards) ; la prise en charge des cancers (14,7 milliards). Source : Le 13e rapport annuel de l’assurance maladie, consacré à l’évolution des charges et produits du système de santé pour 2019, est paru le 6 juillet 2018. Pour en savoir beaucoup plus, trois documents de septembre 2018 de la Drees : Le vieillissement de la population entraîne une hausse des dépenses de santé liées aux affections de longue durée           Les dépenses de santé en 2017 - Résultats des comptes de la santé - Édition 2018. Par profession médicale et par soins médicaux.  Les dépenses de santé enregistrent une faible croissance en 2017

3-9 Septembre 2018

Déploiement des communautés professionnelles territoriales de santé. Rapport IGAS à partir des 200 projets recensés. Les communautés professionnelles territoriales de santé (CPTS), créées par la loi du 26 janvier 2016, associent des professionnels de santé et des acteurs sociaux et médico-sociaux d’un même territoire, sur la base d’un projet de santé, pour une meilleure organisation des parcours des patients et un meilleur exercice des professionnels de santé de ville (médecins, pharmaciens, infirmiers, masseurs-kinésithérapeutes, chirurgiens-dentistes, orthophonistes, pédicures-podologues, sages-femmes…). L’objectif de ces communautés est de : sécuriser le maintien/retour à domicile et les soins en ambulatoire, plutôt qu’à l’hôpital ou en établissement  ; adapter la prise en charge médicale au développement du caractère chronique de nombreuses pathologies  ; retrouver du temps médical au sein de l’exercice ambulatoire, et de l’attractivité pour la profession de médecin de ville. Environ 200 projets de communautés de ce type ont été recensés par la mission, portés par une mobilisation certaine des professionnels de santé malgré un soutien encore très modeste des autorités publiques.               Pour lire le rapport

Partager sur Facebook

-->
  • Scoop.it