TLMFMC - Formation Médicale Continue - Développement Professionnel Continu
  • Actus Système de Santé - Archives

  • Discipline :
  • Toutes spécialités
  • Auteur :
  • Pierre Colombier - Veille UnaformeC
  • Date :
  • 25/03/2018

Voir Actus de la semaine

Voir aussi

             Actus Maladies, Traitements - Archives              Actus Santé publique - Archives

             Actus Education du patient - Archives               Actus Juridique Ethique - Archives      

             Actus Gestion professionnelle - Archives          Actus Vie associative - Archives

8-14 Octobre 2018

Où vont-ils trouver les 3,8 milliards d’euros d’économies, prévus dans le PLFSS 2019, prévus dans le PLFSS 2019 ? Le rapport* économique social et financier sur le site du ministère du Budget qui précise la répartition des 3,8 milliards d'euros d'économies que devront réaliser l'ensemble des acteurs de santé (industriels, établissements, praticiens...) pour tenir l'ONDAM en 2019 (fixé à +2,5 %).  Les mesures d’économies prévues en 2019 sur le champ de l’Ondam s’élèvent donc à 3,8 Md€ et se décomposent en cinq axes prévus dans le cadre du plan Ondam 2018-2022 d’appui à la transformation du système de santé, qui met l’accent sur des actions de pertinence engagées de manière pluriannuelle.

Journal officiel du 5 octobre 2018 : Enseignement de la chiropraxie.    Décision n° 2018-94-002 du 2 octobre 2018 portant agrément de l'Association pour la formation et l'enseignement en France de la chiropraxie (AFEFC) pour dispenser une formation en chiropraxie

Santé, perte d’autonomie : les impacts du vieillissement de la population. La Mutualité Française consacre la 2e édition de son Observatoire au sujet des impacts financiers du vieillissement de la population. Place de la Santé – L’Observatoire 2018 comporte une 1re partie, « Des réalités », avec des données inédites sur le sujet, et une 2de partie, « Des perceptions », avec les résultats de deux enquêtes quantitative et qualitative menées par Harris Interactive, relatives en particulier aux aidants informels. Les restes à charge, après remboursement de l’assurance maladie, sont élevés pour les personnes hospitalisées ou en ALD (population parmi laquelle les personnes âgées sont surreprésentées) : 3,3 millions de personnes (soit 5% de la population) ont aujourd’hui un reste à charge après remboursement de l’assurance maladie supérieur à un mois de revenu moyen disponible (1.700 euros). Pour ces personnes, le reste à charge moyen, avant remboursement par les complémentaires santé, atteint 2.900 euros, un niveau 6 fois plus élevé que celui de l’ensemble de la population.        Le communiqué du 1er octobre 2018 de la Mutualité Française

Grand âge et autonomie : ouverture de la concertation nationale. Pour transformer en profondeur la reconnaissance et la prise en charge du risque des personne en perte d’autonomie, le ministère des solidarités et de la Santé lance une grande concertation nationale. Une concertation en neuf objectifs. Le dossier de presse

1-7 Octobre 2018

Journal officiel du 26 septembre 2018 : grippe, vaccin et infirmières. Le décret permet aux infirmiers de vacciner contre la grippe saisonnière les personnes n'ayant encore jamais été vaccinées contre cette maladie. Et les deux arrêtés précisent les modifications. Décret n° 2018-805 du 25 septembre 2018 relatif aux conditions de réalisation de la vaccination antigrippale par un infirmier ou une infirmière               Arrêté du 25 septembre 2018 modifiant l'arrêté du 14 novembre 2017 fixant la liste des personnes pouvant bénéficier de l'injection du vaccin antigrippal saisonnier pratiquée par un infirmier ou une infirmière     Arrêté du 25 septembre 2018 modifiant l'arrêté du 10 mai 2017 pris en application de l'article 66 de la loi n° 2016-1827 du 23 décembre 2016 de financement de la sécurité sociale pour 2017

Urgences : et si ‘’c’était pas si pire que ça’’ ? Depuis des décennies, les services d’urgences français sont soumis à une tension croissante et considérable. Outre la prise en charge médicale, la gestion du flux des patients est aujourd’hui un enjeu de taille : c’est pourquoi le centre d’investigation clinique-innovation technologique de l’Inserm à Lille a récemment développé Optimum, un logiciel de priorisation des patients qui pourrait faciliter le travail des soignants. Enquête nationale sur les structures des urgences hospitalières, juin 2013             Optimum, un remède pour les urgences ? Document du 19 septembre 2018

PLFSS 2019 présenté le 25 septembre 2018. Selon le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) présenté ce mardi, le solde du régime général et du fonds de solidarité vieillesse (qui prend en charge le minimum vieillesse) sera bénéficiaire de 700 millions d'euros en 2019. Le PLFSS 2019 en quatre parties et 44 pages

24-30 Septembre 2018

Ma santé 2022" : les 10 mesures phare de la stratégie de transformation du système de santé. La stratégie, annoncée ce mardi 18 septembre par le président de la République, propose une transformation en profondeur du système de santé autour de 3 engagements prioritaires : > Placer le patient au cœur du système et faire de la qualité de sa prise en charge la boussole de la réforme > Organiser l’articulation entre médecine de ville, médico-social et hôpital pour mieux répondre aux besoins de soins en proximité  > Repenser les métiers et la formation des professionnels de santé        Les 10 mesures phare de la stratégie de transformation du système de santé

En 2017, la consommation de soins et de biens médicaux (CSBM) a atteint 2977 euros par habitant, soit un total 199,3 milliards d’euros (8,7 % du PIB). Selon l'étude de la DREES (service statistiques du ministère), rendue publique ce lundi, le rythme de cette croissance s'infléchit nettement (+1,3 %) après une consommation plus dynamique en 2016 (2 %). La consommation de soins de médecins généralistes en ville progresse de 1,4 % contre 1,2 % en 2016 (8,9 milliards d’euros).  La Consommation de soins et de biens médicaux (CSBM), qui rassemble les dépenses de soins à l'hôpital, en ville, pour les médicaments et autres prescriptions (transports, optique...), s'est en effet élevée à 199,3 milliards d'euros en 2017

Les IPA démarrent leur formation : les formations des infirmières en pratique avancée (IPA) ont débuté début septembre dans les Universités d'Aix-Marseille et de Besançon. D'autres cursus vont voir le jour au mois d'octobre après un nouvel examen par le Conseil national de l'enseignement supérieur et de la recherche (CNESER). Ainsi, les universités de Rennes, Paris, Nantes, Bordeaux ou encore Nancy devraient elles aussi proposer des formations menant au diplôme d'état (DE) de niveau master. Au total, 11 formations d'IPA seront disponibles pour cette année scolaire.

Historique des conventions médicales. Synthèse documentaire. Septembre 2018. Centre de documentation de l’Irdes. L'histoire des conventions médicales est avant tout celle des tarifs des actes médicaux depuis cinquante ans. Fruits d'une négociation entre l'assurance maladie et les syndicats représentatifs des médecins, ces tarifs conventionnels supposent des engagements réciproques susceptibles de concilier exercice libéral de la médecine et assurance maladie obligatoire. La première convention nationale de 1971 est ainsi née d'un accord où les médecins se voyaient confier une mission de service public dans la délivrance des soins ambulatoires tandis que l'assurance maladie y trouvait une forme de garantie d'égal accès aux soins pour les assurés. 45 ans d’histoire en 41 pages. Mais que de séances nocturnes !

HAS le 15 septembre :  Prise en charge de la téléconsultation : accompagner les professionnels dans leur pratique. Le remboursement de la téléexpertise devrait suivre à partir de février 2019 pour une certaine catégorie de patients avant d’être élargie en 2020. Saisie par la ministre de la Santé et des Solidarités dans le cadre de ce déploiement, la HAS a publié en avril une fiche mémo sur la « Qualité et la sécurité des actes de téléconsultation et de téléexpertise ». Un guide de recommandations sur le bon usage et la qualité de ces pratiques est annoncé d’ici fin 2018. En attendant ce guide, présentation en une page.

Les nouvelles modalités de demandes des ATU nominatives sont entrées en application le 17 septembre 2018 : Les ATUn sont délivrées par l’ANSM, pour des patients ne pouvant pas être inclus dans un essai clinique, pour des médicaments ne disposant pas d’une autorisation de mise sur le marché, mais dont on peut présumer qu’ils apportent un bénéfice clinique. Le communique de l’ANSM

17-23 Septembre 2018

Présentation de la réforme des systèmes de santé. Cette réforme a été préparée en amont par plusieurs groupes de travail, concentrés sur cinq chantiers: la qualité et la pertinence des soins, le financement des hôpitaux, la formation et la qualité de vie au travail des professionnels de santé, le virage numérique, l'organisation territoriale des soins.

Etat des lieux des dépenses de l’assurance maladie. Le nombre de personnes qui ont bénéficié d’au moins un remboursement de soins s’élève à 57,5 millions en 2016 contre 55,9 millions en 2012. En 2016, tous régimes confondus, les dépenses de remboursement ont atteint 161,8 milliards d’euros, dont 67,7 milliards d’euros pour les soins de ville, 72,7 milliards pour l’hôpital et 21,4 milliards pour les prestations en espèces. Le régime général assure une grande partie des remboursements avec 136,6 milliards d’euros, en augmentation de 13,7 milliards sur quatre ans. Au sein du régime général, les principaux postes de dépenses sont : les hospitalisations ponctuelles (31,1 milliards) ; la prise en charge des maladies cardioneurovasculaires, diabète et traitement du risque vasculaire (25,1 milliards) les maladies psychiatriques et la prise en charge par psychotropes (19,8 milliards) ; la prise en charge des cancers (14,7 milliards). Source : Le 13e rapport annuel de l’assurance maladie, consacré à l’évolution des charges et produits du système de santé pour 2019, est paru le 6 juillet 2018. Pour en savoir beaucoup plus, trois documents de septembre 2018 de la Drees : Le vieillissement de la population entraîne une hausse des dépenses de santé liées aux affections de longue durée           Les dépenses de santé en 2017 - Résultats des comptes de la santé - Édition 2018. Par profession médicale et par soins médicaux.  Les dépenses de santé enregistrent une faible croissance en 2017

10-16 Septembre 2018

Présentation de la réforme des systèmes de santé. Cette réforme a été préparée en amont par plusieurs groupes de travail, concentrés sur cinq chantiers: la qualité et la pertinence des soins, le financement des hôpitaux, la formation et la qualité de vie au travail des professionnels de santé, le virage numérique, l'organisation territoriale des soins.

Etat des lieux des dépenses de l’assurance maladie. Le nombre de personnes qui ont bénéficié d’au moins un remboursement de soins s’élève à 57,5 millions en 2016 contre 55,9 millions en 2012. En 2016, tous régimes confondus, les dépenses de remboursement ont atteint 161,8 milliards d’euros, dont 67,7 milliards d’euros pour les soins de ville, 72,7 milliards pour l’hôpital et 21,4 milliards pour les prestations en espèces. Le régime général assure une grande partie des remboursements avec 136,6 milliards d’euros, en augmentation de 13,7 milliards sur quatre ans. Au sein du régime général, les principaux postes de dépenses sont : les hospitalisations ponctuelles (31,1 milliards) ; la prise en charge des maladies cardioneurovasculaires, diabète et traitement du risque vasculaire (25,1 milliards) les maladies psychiatriques et la prise en charge par psychotropes (19,8 milliards) ; la prise en charge des cancers (14,7 milliards). Source : Le 13e rapport annuel de l’assurance maladie, consacré à l’évolution des charges et produits du système de santé pour 2019, est paru le 6 juillet 2018. Pour en savoir beaucoup plus, trois documents de septembre 2018 de la Drees : Le vieillissement de la population entraîne une hausse des dépenses de santé liées aux affections de longue durée           Les dépenses de santé en 2017 - Résultats des comptes de la santé - Édition 2018. Par profession médicale et par soins médicaux.  Les dépenses de santé enregistrent une faible croissance en 2017

3-9 Septembre 2018

Déploiement des communautés professionnelles territoriales de santé. Rapport IGAS à partir des 200 projets recensés. Les communautés professionnelles territoriales de santé (CPTS), créées par la loi du 26 janvier 2016, associent des professionnels de santé et des acteurs sociaux et médico-sociaux d’un même territoire, sur la base d’un projet de santé, pour une meilleure organisation des parcours des patients et un meilleur exercice des professionnels de santé de ville (médecins, pharmaciens, infirmiers, masseurs-kinésithérapeutes, chirurgiens-dentistes, orthophonistes, pédicures-podologues, sages-femmes…). L’objectif de ces communautés est de : sécuriser le maintien/retour à domicile et les soins en ambulatoire, plutôt qu’à l’hôpital ou en établissement  ; adapter la prise en charge médicale au développement du caractère chronique de nombreuses pathologies  ; retrouver du temps médical au sein de l’exercice ambulatoire, et de l’attractivité pour la profession de médecin de ville. Environ 200 projets de communautés de ce type ont été recensés par la mission, portés par une mobilisation certaine des professionnels de santé malgré un soutien encore très modeste des autorités publiques.               Pour lire le rapport

Vaccination antigrippale par les infirmiers, sages-femmes et pharmaciens.  La HAS a étudié cette proposition et vient de publier un rapport concernant la vaccination antigrippale. Après avoir rappelé les compétences actuelles des professionnels de santé en matière de vaccination antigrippale, la HAS recommande :  d'harmoniser les publics ciblés entre professionnels de santé et de définir les populations éligibles à la vaccination ; de renforcer les exigences associées en termes de formation, de traçabilité de la vaccination et de suivi de l'impact de l'extension des compétences professionnelles ; de limiter les occasions manquées de vaccination en multipliant les lieux possibles de vaccination ; d'accompagner ces mesures d'extension des compétences des professionnels de santé par des campagnes d'information.     Extension des compétences des professionnels de santé en matière de vaccination contre la grippe saisonnière. HAS. Juillet 2018. 128 pages

La rentrée de la Fédération Hospitalière de France (FHF) : Médecine ambulatoire et passage aux urgences. Dans la continuité de son rapport de ce printemps : 22 propositions pour transformer le système de santé, la FHF dévoile une étude qui met en évidence la corrélation entre la baisse du nombre de médecins généralistes en exercice  et la hausse de l'activité des services d'urgence  entre 2011 et 2016. La cartographie réalisée par la société Heva révèle que dans 64.6% des départements, une forte baisse (plus de 10%) du nombre de généralistes actifs à temps plein s'est accompagnée d'une forte hausse (plus de 10%) du nombre de passages aux urgences. Sur 20 millions de passages annuels, on estime que les 16 millions qui ne donnent pas lieu à hospitalisation pourraient être évités et traités en ville, avance l'étude. Tandis que 34.4% des départements voient ces deux indicateurs baisser simultanément, seule la Loire-Atlantique tire son épingle du jeu : la baisse du nombre de passages aux urgences est associée à une hausse du nombre de généralistes. Entre autres la FHF prône la non liberté d’installation et la levée du numerus clausus. Attendons la feuille de route d’Agnès Buzyn la semaine prochaine. A moins que cette réforme, prévue pour le 18 septembre,  ne soit présentée que par le Président !!

Les établissements de santé qui participent à la continuité des soins de vos patients vous parlent du dispositif PACTE qu’ils ont mis en place. A quoi correspond cet acronyme   ? Pacte, officiellement lancé fin mai 2018 par la HAS, est l’acronyme du « Programme d’amélioration continue du travail en équipe » proposé par la HAS. L’enjeu : passer d’une « équipe d’experts » à une « équipe experte », en faisant levier sur le collectif de travail.                 Présentation par la HAS : Pacte – Le dispositif, pas à pas. 14 juin 2018.

L’enquête EHPA 2015 Les différentes phases de l’enquête.. L’enquête auprès des établissements d’hébergement pour personnes âgées (EHPA) recueille des informations sur l’activité des établissements médico-sociaux accueillant les personnes âgées, ainsi que sur le personnel qui y travaille et les personnes qui y résident. Elle apporte ainsi de nombreux éléments d’analyse sur les caractéristiques et les moyens de ces établissements (effectifs et qualifications des personnels, âge et niveau de dépendance des résidents, etc.), et comporte des questions sur le bâti (confort, accessibilité, sécurité). Pour lire le document

27 Août - 2 Septembre 2018

Journal officiel du 28 août 2018 :  Consultation à distance réalisée entre un patient et un médecin dit “téléconsultant’’.Téléconsultation d'un résident en EHPAD par le médecin traitant ou le médecin de garde sur le territoire sur appel d'un professionnel de santé pour une modification d'un état lésionnel et/ou fonctionnel sans mise en jeu du pronostic vital. Décision du 10 juillet 2018 de l'Union nationale des caisses d'assurance maladie relative à la liste des actes et prestations pris en charge par l'assurance maladie

La télémédecine (Selon le code de santé publique art. L.6316-1) est une forme de pratique médicale à distance utilisant les technologies de l’information et de la communication. Elle met en rapport, entre eux ou avec un patient, un ou plusieurs professionnels de santé, parmi lesquels figurent nécessairement un professionnel médical et, le cas échéant, d’autres professionnels apportant leurs soins au patient. Cette télémédecine est composée de cinq actes : > La téléconsultation : permettre à un professionnel médical de donner une consultation à distance à un patient. La présence d’un professionnel de santé peut assister le patient au cours de cette consultation. A partir du 15 septembre de 23 à 70 euros suivant les cas. > La télé expertise : permettre à un professionnel médical de solliciter l’avis d’un ou de plusieurs professionnels médicaux experts à partir d’éléments du dossier médical du patient. > La télésurveillance médicale : permettre à un professionnel médical d’interpréter à distance les données nécessaires au suivi médical du patient pour prendre des décisions sur sa prise en charge. > La téléassistance médicale : permettre à un professionnel médical d’assister à distance un autre professionnel au cours de la réalisation d’un acte. La réponse médicale apportée dans le cadre de la régulation médicale (SAMU). Référence : Décret n° 2010-1229 du 19 octobre 2010 relatif à la télémédecine.            Voir aussi Les conditions de mise en œuvre : quatre règles à respecter

Le 15 septembre 2018 : Les conditions de mise en oeuvre pour la télémédecine : quatre règles à respecter : > Les droits de la personne : comme tout acte médical, l’acte de télémédecine impose l’information préalable du patient et son consentement au soin. Une fois l’information préalable effectuée, l’échange de données médicales entre professionnels de santé qui participent à un acte de télémédecine, quel que soit le support de communication, ne nécessite plus le recueil d’un consentement formalisé sauf en cas d’hébergement des données. Dans ce dernier cas, le recueil du consentement peut être dématérialisé. (R6316-2 et R6316-10). Le patient conserve en tout état de cause un droit d’opposition. > L’identification des acteurs de l’acte : le professionnel de santé doit être authentifié et disposer de l’accès aux données médicales du patient nécessaires à l’acte. Le patient doit être identifié et, lorsque la situation l’impose, bénéficier de la formation ou de la préparation nécessaire à l’utilisation du dispositif de télémédecine. > L’acte de télémédecine doit être rapporté dans le dossier médical : doivent être rapportés dans le dossier médical, le compte-rendu de la réalisation de l’acte, les actes et les prescriptions médicamenteuses effectués, l’identité des professionnels de santé, la date et l’heure de l’acte, le cas échéant, les incidents. > La prise en charge de l’acte de télémédecine : l’acte de télémédecine est pris en charge par l’assurance maladie obligatoire dès lors qu’il est inscrit sur la liste des actes pris en charge visée à l’article L162-1-7 du code de la sécurité sociale. Les conditions de cette prise en charge sont définies dans les conventions nationales conclues entre les professionnels de santé et les pouvoirs publics. Sont ainsi visés : les médecins, chirurgiens-dentistes, sage femmes, auxiliaires médicaux, infirmiers, masseurs kinésithérapeutes, laboratoires d’analyses médicales, entreprises de transport sanitaire. Les établissements de santé privés sont également visés ainsi que les centres de santé. Le texte vise enfin les dispositifs médicaux, les tissus et cellules dès lors qu’ils interviennent dans le cadre d’un acte de télémédecine. Référence : Agence Française de le santé numérique

La Poste va déposer dans le cadre de l'article 51 un projet d'expérimentation avec l'hôpital de Mulhouse « pour détecter les personnes âgées fragiles afin d'éviter les engorgements des urgences ».

20-26 Août 2018

Journal officiel du 23 août 2018 : Forfait structure et deux nouveaux actes de télémédecine. Arrêté du 16 août 2018 complétant l'annexe de l'arrêté du 1er août 2018 portant approbation de l'avenant n° 6 à la convention nationale organisant les rapports entre les médecins libéraux et l'assurance maladie signée le 25 août 2016

Amélioration du système de santé : La loi de financement de la sécurité sociale pour 2018 a introduit, en son article 51, un dispositif permettant d’expérimenter de nouvelles organisations qui contribuent à améliorer le parcours des usagers, l’efficience du système de santé, l’accès aux prises en charge et la pertinence de la prescription des produits de santé. Quatre régions sont d'ores et déjà opérationnelles : l'Auvergne-Rhône-Alpes, la Bourgogne Franche-Comté, l'Ile de France et la Martinique.

13-19 Août 2018

Les remboursements de soins du régime général en hausse de 2,8% à fin juin 2018. Selon le dernier point mensuel de l’Assurance maladie, les dépenses de soins de ville ont augmenté de 4,1% sur les six premiers mois de l’année et de 3,9% sur les douze derniers mois. Au global, les remboursements de médicaments (rétrocession incluse) progressent de 1,9% pour les six premiers mois de 2018 (1,7% sur douze mois). Au cours des six premiers mois, les remboursements des soins de généralistes ont augmenté de 8,2%, ceux de soins spécialisés augmentent de 5,9% et ceux de soins dentaires progressent de 1,4%

Expérimenter et innover pour mieux soigner. Organisation et financement du système de santé. Dès sa prise de fonctions, Agnès Buzyn, ministre des solidarités et de la santé, s’est emparée de la réforme de l’organisation et du financement de notre système de santé. Actuellement, plusieurs modalités coexistent : le financement des soins de ville, le financement hospitalier (fondé en partie sur la tarification à l’activité ou T2A) et le financement du secteur médico-social. A l’heure où les parcours de santé se mettent progressivement en place pour assurer une prise en charge globale des patients quel que soit le professionnel concerné, cette approche segmentée atteint ses limites. Le dossier complet et ses nombreux liens. Mise à jour du 1er août 2018

30 Juillet - 5 août 2018

Les outils d’amélioration de la pertinence de soins. Les enseignements de l’étranger. La pertinence des soins semble devenue, ces dernières années, un enjeu majeur pour les acteurs du système de santé français, confrontés comme dans la plupart des pays de l’OCDE, à la nécessité de réduire les coûts de santé imputables à la montée des maladies chroniques, au vieillissement de la population et aux innovations technologiques. Cette revue de littérature (juin 2018) a été réalisée par Victor Issaad sous la direction de Zeynep Or et Marie-Odile Safon dans le cadre d’un stage à l’Irdes.  Les outils d’amélioration de la pertinence de soins Les enseignements de l’étranger. 26 pages

Evaluation de l’aide humaine pour les élèves en situation de handicap. IGAS juillet 2018. Au vu de l’augmentation rapide et continue du besoin en ‘aide humaine’ pour les élèves en situation de handicap, l’IGAS, l’IGAENR et l’IGEN ont été conjointement chargées d’une mission visant à dresser un état des lieux et à formuler des propositions d’amélioration de l’accompagnement de ces élèves, au service de l’inclusion scolaire. La mission propose notamment un ‘scénario de cohérence globale’ construit sur la base de sept fiches-actions.. Lire le rapport

Démographie médicale régionale au 1er juillet 2018. Découvrez les statistiques de la France entière grâce à la carte interactive actualisée des affiliés. En cliquant sur la région de votre choix, vous obtiendrez les effectifs des médecins cotisants, des allocataires et des prestataires. Désormais les statistiques sont présentées en suivant les nouvelles régions géographiques adoptées suite à la réforme territoriale de 2015. Pour consulter les données démographiques

23-29 Juillet 2018

Les effectifs de masseurs-kinésithérapeutes pourraient augmenter de 57 % d'ici à 2040 :  En seize ans, la profession a vu croître ses effectifs de 61 %, pour atteindre 85.000 kinés en exercice sur le territoire en 2016. Alors que les quotas d'étudiants ont été relevés, les diplômés à l'étranger affluent en dehors de ces quotas, et représentent 33 % des nouvelles installations - la moitié de ces diplômés étrangers sont d'ailleurs français. Et les effectifs de kinésithérapie n'ont pas fini de croître. Selon les projections de la Direction de la recherche du ministère de la Santé (Drees), ils pourraient encore augmenter de 57 % d'ici à 2040, soit 133.000 personnes. Dans le même laps de temps, la population totale n'augmentera que de 9 %. Tous les chiffres.

Soins primaires : médecin ou infirmière ? Cette revue a identifié 18 essais randomisés qui ont évalué les effets du remplacement d’un médecin de soins primaires (médecin généraliste, pédiatre, gériatre) par une infirmière.  Le niveau de soins infirmiers était souvent peu clair ou variait entre et même au sein des études.  Les études ont porté sur les soins de premier recours (y compris les soins d'urgence), le suivi, la surveillance des patients souffrant d’une maladie chronique comme le diabète. Dans de nombreuses études, les infirmières pouvaient obtenir un soutien ou des conseils supplémentaires d'un médecin.  Globalement, les résultats de l'étude suggèrent que les soins prodigués par les infirmières, comparés aux soins prodigués par les médecins, produisent probablement des résultats de santé similaires ou meilleurs pour un large éventail de pathologies (niveaux de preuve faibles ou modérés). En détail, les différences sont favorables aux soins infirmiers pour la pression artérielle systolique, la pression artérielle diastolique, la satisfaction du patient. Il existe une tendance à la supériorité des soins infirmiers pour la qualité de vie et la mortalité  La méta analyse suggère qu’il n’y a pas de différences pour les taux d’HbA1c et de cholestérol, les capacités physiques, la douleur. Les consultations sont plus longues lors des soins prodigués par les infirmières : le nombre de secondes consultations est légèrement plus élevé pour les infirmières que pour les médecins. Peu ou pas de différences retrouvées quant au nombre de prescriptions, le nombre d’examens complémentaires, les demandes de consultation et les admissions à l'hôpital. La revue ne peut se prononcer sur d’éventuelles différences de coût. Alors que la prise en charge de nombreux patients par des infirmières et infirmiers de pratique avancée va débuter en France, cette revue ne peut que les rassurer.  Revue Cochrane publiée le 16 juillet 2018 

L’INSERM se penche sur l’intelligence artificielle (IA) : << Intelligence artificielle et santé >>. Des algorithmes au service de la médecine. L'intelligence artificielle (IA, ou AI en anglais pour Artificial Intelligence) consiste à mettre en œuvre un certain nombre de techniques visant à permettre aux machines d'imiter une forme d'intelligence réelle.  Le dossier d’information (temps de lecture donné de 30 à 40 minutes).

Les centres de santé dentaires : propositions pour un encadrement améliorant la sécurité des soins. Ce second rapport de l’IGAS a pour objet de proposer des modes de régulation des centres dentaires garantissant la qualité et la sécurité des soins.  La mission préconise des régulations juridiques, financières et sanitaires renouvelées pour garantir la sécurité des soins délivrés aux usagers : >  l’instauration d’une déclaration d’intérêts à remplir par les dirigeants des centres ; > un ciblage coordonné des contrôles des instances sanitaires et financières ;  > de nouveaux référentiels de qualité pour la santé bucco-dentaire, élaborés par la Haute Autorité de Santé, et la définition de bonnes pratiques en concertation avec les professionnels. Lire le tome 1 (rapport)   Lire le tome 2 (annexes et pièces jointes)

16-22 Juillet 2018

La Cnam propose 4 pistes pour économiser 2 milliards en 2019. Moins d'hospitalisations, de prescriptions et de fraudes: l'Assurance maladie compte sur ses recettes habituelles pour économiser un peu plus de 2 milliards d'euros en 2019, et propose de lier certaines dépenses à la qualité des soins, comme le veut le gouvernement. En un peu plus d’une page présentation des différentes mesures

Soins aux professionnels de santé. L'organisation Soins aux professionnels de santé (SPS) constatant les fréquents retards de prise en charge, liés à un déni ou un refus d'accepter sa vulnérabilité, associés à une tendance à l'automédication, a été l'une des premières &agr

  • Scoop.it