TLMFMC - Formation Médicale Continue - Développement Professionnel Continu
> Retour à la présentation du Dossier 113
  • Un antidouleur prometteur…

  • Si les casques VR présentent l’avantage de couper visuellement l’utilisateur du monde environnant, ils ont le grand mérite de déplacer leur attention ailleurs que sur ce qui se passe dans le réel. C’est ici une des meilleures applications de la VR en médecine. L’immersion du patient dans un monde virtuel lui fait oublier la réalité de son quotidien et atténue sa douleur de façon notable. Des études ont en effet démontré que les traitements des grands brûlés sont plus supportables lorsque les patients concernés se trouvent dans un environnement polaire, au demeurant simple à créer en réalité virtuelle.

    D’autres tests ont prouvé que les patients souffrant de douleurs chroniques déclarent ressentir des effets atténués pendant et après une expérience en VR, la douleur étant plus ressentie lorsque le cerveau n’a pas d’échappatoire et ne peut que se focaliser dessus. L’immersion permet au patient de s’évader et l’amène à concentrer son attention sur des éléments virtuels lui faisant oublier sa douleur. Une utilisation de la réalité virtuelle s’avère ainsi des plus utiles pour traiter les douleurs chroniques, les cancers, les soins postopératoires douloureux. Elle peut même dans certains cas remplacer une anesthésie lorsque celle-ci n’est pas possible. Atouts supplémentaires : la VR a peu d’effets secondaires, à ceci près qu’elle doit être limitée chez les moins de 15 ans et se révèle moins nocive que les traitements médicamenteux contre la douleur. En France, la toute jeune entreprise « L’effet papillon » a mis au point une application de réalité virtuelle à effet thérapeutique baptisée Bliss. Cette dernière plonge les malades dans un monde imaginaire pour réduire leur anxiété, leur stress et la sensation de douleur. Disponible sursmartphone, elle peut être utilisée durant des biopsies mammaires, de peau, de moelle osseuse… Il suffit de lancer l’application sur son téléphone, de mettre celui-ci dans un casque de réalité virtuelle afin d’être immergé dans un monde imaginaire. La transposition dans un autre univers est d‘autant plus réussie qu’elle associe images et sons, permettant au patient de s’évader facilement dans une bulle de bien-être.

    Cette application permet également de réduire le stress des patients et les aide à mieux supporter les dialyses et autres chimiothérapies. Il ne s’agit pas ici de remplacer les médicaments mais de proposer une alternative qui permette de mieux « vivre » sa maladie et supporter les traitements qui y sont liés. Le procédé, financé par une campagne de crowdfunding a rencontré un réel succès et aujourd’hui, l’application entre dans de plus en plus d’établissements hospitaliers. Enfin, la société éditrice entame une démarche de certification afin de faire valider auprès des autorités compétences les bienfaits de cette application. Autre utilisation de la réalité virtuelle, et pas des moindres, l’accouchement sans péridurale. A ce jour, de nombreuses femmes ayant eu recours à la réalité virtuelle ont reconnu ne pas avoir ressenti de douleurs au moment de l’accouchement par voie naturelle, sans avoir reçu la moindre péridurale.

     

> Retour à la présentation du Dossier 113
  • Ce dossier est composé de 7 Articles