TLMFMC - Formation Médicale Continue - Développement Professionnel Continu
  • L’UNIM défend les intérêts des professions de santé

  • Discipline :
  • Vie professionnelle
  • Date :
  • 13/12/2016
Interview du Docteur François Gollé, Président de l'UNIM (Union Nationale pour les Intérêts de la Médecine), association loi 1908, dont la mission depuis plus de quarante ans est la défense des intérêts des professions de santé et l’amélioration de leur couverture d’assurance prévoyance et santé. L’association est composée exclusivement de professionnels de santé.

TLM : A quels besoins des professionnels de santé l’UNIM répond-elle ?

François Gollé L’UNIM est une association créée il y a maintenant 40 ans par des Professionnels de la santé dont le but est de rechercher pour ses adhérents les meilleures garanties de Prévoyance (Incapacité, Invalidité, Décès, Complémentaire Santé, assurance Emprunteur) et, au-delà, les meilleures réponses à leurs besoins d’assurances sur le plan privé et sur le plan professionnel.  Elle intervient en complément des Régimes Obligatoires (notamment la CARMF pour les médecins exerçant à titre libéral).

Pour répondre à ces besoins, l’UNIM s’est rapprochée de la Compagnie Allianz, N° 1 en Europe, fidèle Partenaire de l’association depuis 1999.

TLM : Quelles solutions proposez-vous ?

François Gollé : Nous proposons des offres dédiées à chaque professionnel de santé, en « Prévoyance », « Garantie des emprunts  et en « Complémentaire santé ».

  • Pour la Prévoyance des médecins exerçant à titre libéral, nous privilégions les gros risques et nous apportons les meilleures garanties, notamment en cas d’invalidité, risque qui pénalise lourdement l’assuré pendant toute sa vie professionnelle.
    Nous intervenons dès 10% d’invalidité, sous forme de rente partielle.
    Nous proposons également à nos adhérents une garantie perte de profession sous forme de capital. Il s’agit  d’une garantie vraiment originale qui permet une éventuelle reconversion. Elle intervient en cas de perte totale et définitive de la profession exercée, consécutive à une maladie ou un accident.
  • Pour la garantie des emprunts, en plus des garanties habituelles (Décès, Incapacité), nous proposons également une garantie perte totale et définitive de la profession suite à maladie ou accident. Si le risque est  réalisé, nous soldons le prêt.
  • Pour la Prévoyance des médecins exerçant dans les hôpitaux publics, nous garantissons en cas de maladie ou d’accident le versement du salaire jusqu’à la retraite, en complément des garanties statutaires.
  • Pour la santé, l’Unim a fait le choix de la simplicité (3 options) et propose une formule premium particulièrement protectrice.

Ces assurances complémentaires sont vraiment indispensables  pour les professionnels de santé car leur protection sociale obligatoire est insuffisante. Je rappelle que la Loi Madelin, applicable aux médecins, prévoit la possibilité pour ces derniers de déduire de leurs revenus professionnels les cotisations versées au titre d’une complémentaire santé ou pour certaines cotisations de prévoyance.

Dans le cadre de notre partenariat avec Allianz, nous proposons aussi des contrats « Retraite » et « Placements », qui complètent nos offres de protection sociale et sécurisent le patrimoine de nos adhérents professionnels de santé.

TLM : Selon quels critères s’évalue le dédommagement ?

François Gollé : Pour apprécier une invalidité, L’association ne prend pas en compte l’activité médicale ou paramédicale en général, mais la spécialité exercée, en fonction de barèmes professionnels spécifiques définis par l’association et validés par l’assureur.

Par exemple, un chirurgien qui perd l’usage de son pouce obtient systématiquement un capital reconversion. Si notre adhérent veut un réexamen de son dossier, l’UNIM a mis en place un système original : la commission médicale paritaire. Composée de six praticiens (trois adhérents UNIM  + trois médecins d’Allianz), elle statue sur les dossiers d’arrêts de travail ou d’invalidité des adhérents et réestime le taux de dédommagement.

Cette commission de recours se réunit quatre fois par an. Elle peut être sollicitée par tous les adhérents et statue en toute liberté : ses décisions s’imposent à l’UNIM et à l’assureur.

 

A lire : l'UNIM à l'heure de la digitalisation

 

 

  • Scoop.it